actu rap Découverte Non classé Nouvelle Sortie rap français

La nouvelle mélancolie de Max DLG

Au crépuscule de cet hiver moribond, nous tentons tant bien que mal de réchauffer nos âmes et nos cœurs. Une petite tasse de chocolat chaud et un bon gros mug de Rap Sad Mood ne nous feraient pas de mal. Et Max DLG remplit cette tâche à la perfection !

C’est enfin la sortie de « Pars De Là 2 » de Max DLG, l’occasion est donc toute trouvée pour nous pencher un petit peu sur ce rappeur atypique.

Retournons tout d’abord en 2018, le 12 octobre pour être précis ! C’est en ce jour que parait « Beginning«  et ses trois titres qui font découvrir au grand public les bases de l’univers de Max DLG. Des bases qui ne cesseront d’évoluer et se développeront en un vrai univers. Mais quelles sont elles ? Des ballades, tantôt naïves, tantôt fatalistes, aux couleurs d’un amour morne, d’une amitié fragile, d’un mood en plein questionnement, d’une réalité froide.

2019 est une année faste et furieuse pour Max DLG, de « Dem1 » et sa ballade piano deep qui nous transporte au cœur d’une rupture aux conséquences noires, à « Chance » où l’on se promène dans son esprit vagabond aux accords d’une guitare acoustique.

Et c’est en Octobre avec « Pars De Là » que les choses prennent une dimension supplémentaire ! Avec ce track aux lueurs sombres et surtout grâce à la justesse des mots de l’artiste, c’est tout une émotion douloureuse qui est transmise comme si elle était en nous, là, bien présente. Une chanson déchirante et pourtant fédératrice, et le public ne se trompe pas puisque c’est un carton, plus d’1 Million de stream rien que sur Spotify, et toute une génération qui découvre la beauté amère et la maturité juvénile de la plume de notre ami.

« Ah Shit here we go again«  dit une voix en début de ce track, et elle revient hanter Max dès la pièce suivante « Babe » (avec un A à l’envers mais je sais pas faire). On ne change pas une dark team qui gagne, une prod. mélancolique en toute discrétion et une lovestory qui n’était qu’un doux rêve.

En 2020 notre artiste ne se repose pas sur ses lauriers et visite plus en profondeur le Cloud Rap en commençant l’année avec un morceau plus jubilatoire. « Babygirl » c’est une gueule de bois après une soirée qu’il faut maintenant assumer. Max se lâche et sort de ses marques avec beaucoup d’esprit et des phases toujours aussi efficaces, toujours aussi rassembleuses, ce qui deviendra réellement sa force. Mais que les fans de la première heure et les amoureux du Sad Mood se rassurent en enchainant avec le sublime « Tjr pareil ». Toujours beau, toujours juste !

« Maxoo » quant à lui parle de quelqu’un cher à notre rappeur mais en pleine perdition, c’est à la troisième personne qu’il écrit cette déclaration mais le doute reste entier, et nous avons plutôt la sensation d’écouter une introspection douloureuse de ce Maxoo que l’on a envie d’aider et lui dire ces phrases bêtes que l’ont dit sans trop savoir pourquoi : »Ca ira mieux ».

De nombreuses autres belles chansons nous attendent au cours de cette année 2020 propice à l’écriture : le magnifique « Gachette » qui storyline le quotidien d’une jeune fille perdue, le très codéiné « Kichta » qui nous plonge dans les pensées stones du jeune musicien, « Gravite » qui marque un retour aux sources et à la simplicité de l’émotion.

Et c’est 2021 qui pointe le bout de son nez masqué ! « Roly » sort en ce mois de Janvier et ne manque pas d’étonner par l’originalité de son texte, une approche du Rap plus traditionnelle mais ô combien efficace qui nous montre que Max DLG ne manque vraiment pas de ressources, que sa palette est large et qu’on n’est pas à l’abri d’être pris à contrepied.

Et nous arrivons tranquillement au morceau qui nous intéresse aujourd’hui mais avant ça, le jeune homme décidemment productif nous livre « L’Avenue » : une dualité superbe en featuring avec Lilea, une voix pleine de mignonnerie pour une intensité et un flow qui n’a rien à envier à personne. Un amour qui s’éteint, un couple qui se bat contre des moulins, la nostalgie de la simplicité et de la beauté du début, symbolisé par cette Avenue.

Je vous laisse donc avec « Pars De Là 2 », suite directe avec le premier opus ? Vous le découvrirez à travers un visuel aux petits oignons, devant une cheminée crépitante, on en revient à notre position de départ, alors tous à vos plaids et à vos boissons cacaotées. Savourez ce nouveau morceau et plongez sans retenue dans la carrière déjà riche de cet artiste au cœur d’artichaud.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :